L’OSTÉOPATHIE & L’ENTORSE DE CHEVILLE

L’OSTÉOPATHIE & L’ENTORSE DE CHEVILLE

 

L’entorse de cheville est une atteinte très fréquente que l’on retrouve chez tous les types de clientèle. Le fait qu’elle est fréquente ne doit pas laisser sous-entendre qu’il faut la prendre à la légère. L’importance de la traiter réside dans la possibilité de récidives fréquentes (de 20% à 50% des gens) et de douleurs résiduelles laissées par une dysfonction de l’articulation.

Tout d’abord, l’entorse est une lésion ligamentaire d’étirement ou de déchirure qui survient souvent par trauma du pied vers l’intérieur. Les ligaments sont des tissus fibreux très rigides qui font le lien entre les os dans les diverses articulations du corps. Le plus souvent, il s’agit d’une atteinte du ligament collatéral externe. Il est intéressant de noter qu’il n’existe pas de corrélation entre l’importance du trauma et la gravité de l’atteinte ligamentaire.

Tout de suite après le traumatisme, si vous êtes incapables de faire quatre pas consécutifs il est indiqué de consulter tout de suite un médecin. Ensuite, vous pouvez commencer le traitement tout de suite en mettant de la glace, en élevant la jambe et en utilisant au besoin un bandage de compression pour limiter l’effusion. L’acronyme G.R.E.C. peut vous permettre de vous rappeler la marche à suivre : glace, repos, élévation et compression.

On classe les entorses de cheville en trois stades en fonction de la gravité de la déchirure.

Stade 1 : étirement ligamentaire

  • Gêne fonctionnelle: Minime
  • Œdème: Minime
  • Ecchymose: Absent

 

Stade 2 : lésion partielle d’un ligament

  • Gêne fonctionnelle: Variable
  • Œdème: Présent
  • Ecchymose: Limité au bord externe du pied

 

Stade 3 : déchirure complète de plusieurs faisceaux ligamentaires

  • Gêne fonctionnelle: Importante
  • Œdème: Diffus
  • Ecchymose: Dépasse le bord externe du pied

 

Le traitement ostéopathique peut aider la guérison d’une entorse de cheville à plusieurs niveaux.

  1. En phase aigüe, il permet de drainer l’inflammation en décompactant les os de la cheville et en dégageant les tissus mous qui compriment le retour veineux.
  2. Il permettra de s’assurer qu’il n’est pas nécessaire de référer à un médecin et l’ostéopathe peut évaluer la gravité de l’entorse à l’aide de tests.
  3. L’ostéopathe recherche et traite d’éventuels déplacements osseux au sein du pied, de la cheville, du genou ou du bassin. Ces déplacements pourraient gêner la guérison, entraîner des compensations dans l’ensemble du corps et affecter la mise en charge. Ils peuvent aussi entraîner un problème d’entorse chronique, car le pied devient instable.
  4. Le traitement peut prévenir les douleurs qui perdurent même après le temps de récupération normal en s’assurant que toutes les structures bougent sur leurs axes de mouvement.
  5. L’ostéopathe peut conseiller des exercices pour accompagner le patient dans la rééducation de la cheville afin que celle-ci retrouve sa mobilité complète. L’étirement des ligaments et l’œdème généré par l’entorse aura pour effet d’inhiber les propriocepteurs de la cheville. Ceux-ci devront aussi être rééduqués à l’aide d’exercices.

 

N’hésitez pas à contacter votre ostéopathe afin qu’il vous aide à retrouver la fonction de votre cheville le plus rapidement possible.

Joëlle Métayer, D.O.

 

Références

  1. Wright et al. (2000). The effects of ankle compliance and flexibility on ankle sprains. Med. Sci. Sports Exerc. Repéré à http://www.me.utexas.edu/~neptune/Papers/msse32(2).pdf
  2. Coudert et Raphaël. Traumatisme récent de la cheville. Repéré à https://campusvirtuel.smbh.univ-paris13.fr/claroline/backends/download.php?url=L1RyYXVtYXRpc21lX19kZV9sYV9jaGV2aWxsZV92ZXJzX2RlZl8yLmRvYw%3D%3D&cidReset=true&cidReq=DOCEX1
  3. StIell, I.G., R.D. McKnIGHt, G.H. GReenbeRG et all. (1994). Implementation of the Ottawa Ankle Rules. JaMa., Repéré à http://www.emottawa.ca/assets/documents/research/cdr_ankle_poster.pdf