L’OSTÉOPATHIE & LES DOULEURS MENSTRUELLES

L’OSTÉOPATHIE & LES DOULEURS MENSTRUELLES

On appelle une dysménorrhée la pathologie associée aux douleurs du cycle menstruel. L’intensité, la fréquence et la localisation sont variables d’une femme à l’autre qui en souffre. C’est la problématique la plus témoignée en gynécologie selon la Société des Gynécologues et Obstétriciens du Canada. La dysménorrhée est dite primaire si elle survient dès le début des premières menstruations. Elle est dite secondaire si elle apparait plus tard, sous-jacente à un dysfonctionnement gynécologique.

Les douleurs associées aux crampes menstruelles sont principalement la conséquence ressentie lors d’une ischémie (diminution de l’apport sanguin) au niveau de l’utérus. Certaines femmes éprouvent conjointement des lombalgies, des douleurs dans les jambes ainsi que d’autres symptômes associés. Les douleurs menstruelles peuvent en effet aussi se manifester par des céphalées, des nausées et vomissements, de la diarrhée, de la fatigue, etc. L’origine de ces symptômes peut être variable, et parfois multifactorielle. Voici quelques exemples :

  • Hormonale: S’il y a un déséquilibre entre l’œstrogène et la progestérone conduisant à une augmentation de production de prostaglandine, ceci entraine une recrudescence de la contraction du muscle de l’utérus.
  • Mécanique: Des adhérences ou un utérus fixé (séquelle infectieuse possible), une position inadéquate de l’utérus et une augmentation de pression sur l’utérus découlant d’une mauvaise attitude posturale sont parmi les causes qui affectent l’afflux des vaisseaux sanguins et des nerfs vers l’utérus.
  • Autres problématiques: Certaines pathologies de la vessie, gynécologiques (endométriose, kystes, etc.) et au niveau du système digestif, l’état émotionnel, dont un stress élevé, sont toutes des causes pouvant être reliées aux dysménorrhées.Des recherches récentes confirment qu’avec un suivit ostéopathique, généralement autour de cinq rencontres, les douleurs menstruelles sont diminuées de manière significative. Certaines études démontrent quant à elles l’efficacité spécifique des manipulations articulaires sur les douleurs menstruelles, dont les douleurs lombaires.

    Face à une patiente souffrant de dysménorrhée, l’ostéopathe évalue et traite au besoin les structures pouvant perturber l’équilibre hormonal, postural et celles pouvant entraver la libre circulation sanguine et nerveuse.

    Le dégagement des structures musculo-squelettiques favorise une posture plus harmonieuse, engendrant une meilleure répartition des charges et libérant les irritations sur le trajet des vaisseaux sanguins, nerveux et lymphatiques.

    Le travail crânien a entre autres comme effet de diminuer les tensions pouvant affecter la glande maitresse des hormones reproductrices, l’hypothalamus, ainsi que de réduire les tensions pouvant irriter les racines nerveuses du rachis, par la continuité méningée.

    Certaines structures clés, comme le diaphragme et les intestins, peuvent être libérées pour amoindrir les pressions exercées sur les organes du petit bassin. Combinées au travail local, ces manipulations permettent de rétablir la position et les axes de mobilités des organes. Ils deviennent donc plus propices à recevoir les nutriments et les messages de la circulation sanguine et nerveuse, à éliminer les déchets ainsi qu’à retourner des informations dans la circulation et, finalement, à absorber les impacts physiques.

    Grâce à une approche précise et une palpation développée, les techniques ostéopathiques favorisent les mécanismes d’autorégulation du corps et lui permettent d’atteindre un meilleur équilibre physiologique. La documentation, quoi qu’encore faible sur le sujet, révèle que la thérapie ostéopathique aide significativement à diminuer des douleurs menstruelles. Cependant, certains cas nécessitent la combinaison d’approches complémentaires, telles la psychothérapie et la diminution du stress, l’acupuncture, l’exercice physique, la prise de médication ou des changements au niveau de l’alimentation, pour optimiser la prise en charge des dysménorrhées.

Caroline Proulx, D.O.

 

Références

  1. Angeron-Marque, C. (2000). Guide pratique d’ostéopathie en gynécologie. Bruxelles, Satas. 225 pages.
  2. Bonneau, D. (2011). Algies pelvipérinéales et thérapies manuelles. La lettre de médecine physique et de réadaptation, 27(3), 167-178. Récupéré de : http://link.springer.com/article/10.1007%2Fs11659-011-0283-y
  3. Caron, M. et Johnson M. (1997). Traitement ostéopathique chez les femmes atteintes de dysménorrhées, Thèse d’ostéopathie, Collège d’Études Ostéopathiques de Montréal.
  4. Carter, M. (2010). L’effet du traitement ostéopathique par voie interne de l’utérus sur les douleurs prémenstruelles à la charnière lombo-sacrée, Thèse d’ostéopathie, Collège d’Études Ostéopathiques de Montréal.
  5. Coutu, N. (2013). L’influence du traitement ostéopathique global et de la sphère gynécologique sur les patientes atteintes de dysménorrhées, Thèse d’ostéopathie, Collège d’Études Ostéopathiques de Montréal.
  6. Lefebvre, G. et Pinsonneault, O. (dir.). (2005). Directive clinique de consensus sur la dysménorrhée primaire. Journal of Obstetrics and Gynaecology Canada, 27(12), 1131-1146. Récupéré de : http://sogc.org/fr/guidelines/directive-clinique-de-consensus-sur-la-dysmenorrhee-primaire/
  7. Spears, L.G. (2005). A Narrative Review of Medical, Chiropractic, and Alternative health Practices in the Treatment of primary dysmenorrhea. Journal of Chiropratic Medicine, 4(2), 76-88. doi : 10.1016/S0899-3467(07)60117-7. Récupéré de : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0899346707601177
  8. Walsh, M.J. et Polus, B.I. (1999). The frequency of positive common spinal clinical examination findings in a sample of premenstrual syndrome sufferers. Journal of Manipulative & Physiological Therapeutics, 22(4), 216-220. doi: 10.1016/S0161-4754(99)70047-3. Récupéré de : http://www.jmptonline.org/article/S0161-4754(99)70047-3/abstract
    Sites internet consultés :
  9. Récupéré le 3 juillet 2014 de : http://nutritionfacts.org/2014/04/17/treating-menstrual-pain-with-diet/
  10. Récupéré le 3 juillet 2014 de : http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=dysmenorrhee_pm