L’OSTÉOPATHIE & LES CICATRICES

L’OSTÉOPATHIE & LES CICATRICES

Dans cet article, je tenterai d’expliquer de manière simple l’impact d’une cicatrice sur votre corps et la place de l’ostéopathie dans la minimisation des symptômes pouvant y être associés. Je vais aborder comment une cicatrice peut, même une fois guérie, avoir une influence considérable sur l’adaptation de votre corps aux divers traumatismes, mais surtout sur l’harmonie globale des systèmes le composant.

Une « lasagne » anatomique fonctionnelle.

Pourquoi parler de lasagne lorsque l’on tente d’expliquer l’impact d’une cicatrice sur le corps?

Parce qu’à l’image de la lasagne, le corps humain est composé de plusieurs couches de tissus, nommées fascias, séparées par une onctueuse sauce de liquide interstitiel leur permettant un glissement fluide et indispensable l’un sur l’autre. Dans ce modèle, nous imaginerons les muscles, les viscères et les organes comme la viande et les légumes. Le fromage quant à lui, fera office de peau. Ceci étant, il est évident que cette image simpliste ne peut représenter en sa totalité la complexité du corps humain, mais faisons l’effort d’observer l’environnement biologique dans cette forme vulgarisée, afin de mieux comprendre ses fonctions.

Alors dans cette ligne d’idée, rajoutons une dernière composante à notre lasagne anatomique, indispensable dans le corps humain : la tenségrité.

Ce concept inventé par l’architecte américain R. B. Fuller est défini par ce dernier comme suit :

« La tenségrité décrit un principe de relation d’ordre structurale dans laquelle la morphologie est garantie par un système de comportements tensionels complètement fermé et continu, et non par le comportement, discontinu et exclusivement local, des éléments en compression ».

Whoaaaaao… Qu’est-ce que ça veut dire?

Plus simplement, la tenségrité agit comme le plat dans lequel la lasagne cuit, elle maintient le tout dans une structure reliée; une unité fonctionnelle. Vos os agissent comme des « tubes » solides et non liés, qui sont fonctionnellement reliés par un assemblage multidirectionnel de « câbles » mis sous tension. Peu importe les mouvements que vous faites, peu importe les impacts que vous subissez, les forces qui sont exercées sont instantanément distribuées dans la totalité de votre corps; « diffusées » au travers ce système de tenségrité.

Ce système favorise une adaptation constante aux éléments externes et internes, diminue le poids de votre corps et augmente sa résistance et ses capacités. Vous vous questionnez probablement en quoi consistent ces « câbles » si importants au bon fonctionnement de votre anatomie. Cette question excessivement intelligente est sine qua non à la juste compréhension de l’impact des cicatrices sur le corps. Les PÂTES cher(e) ami(e), les pâtes…

Effectivement, les pâtes représentent le fascia qui enveloppe la totalité des structures de votre corps. Ce tissu sert de soutien et protège les structures. Il se densifie pour devenir tendons ou ligaments et il change de nom selon la structure qu’il enveloppe. Le fascia est relié dans sa totalité et représente un immense « pyjama » unique enveloppant tout votre corps. C’est à l’intérieur de ce pyjama que circulent les nerfs, les veines, les artères et le système lymphatique (usine de récupération des eaux usées si vous voulez). Plus le fascia est tendu, spastique ou lésé, plus le système vasculaire, nerveux et lymphatique a des chances d’être déficient.

Bon, c’est simplifié à l’extrême, mais pour les besoins de la cause c’est tout-à-fait fantastique. Je suis convaincu que les plus rapides commencent déjà à voir comment une cicatrice peut influencer négativement votre corps. En cas de doute, je vais continuer.

Qu’est-ce qu’une cicatrice?

Lorsqu’une agression survient au niveau des fascias; un accident qui entraine une plaie ouverte ou une chirurgie par exemple, un phénomène de reconstruction voit le jour afin de réaliser une réparation la plus parfaite possible de la zone blessée. C’est une prolifération de fibres élastiques et conjonctives qui vient colmater la plaie. Cette opération est majoritairement soutenue médicalement par l’application de points de suture ou de cautérisation.

Cette zone irritée et en inflammation favorise la création d’adhérences dans les tissus périphériques. Les tissus ne glissent plus l’un sur l’autre, notre lasagne est « soudée » à certains niveaux, créant un terrain hypo-résilient (qui ne s’adapte plus aussi bien), réduit en mobilité et en souplesse.

Selon votre rythme de vie et l’endroit où la cicatrice se trouve, il se peut que cette dernière soit merveilleusement guérie et n’encoure aucun incident sur le corps. Par contre, sur des habitudes de vie sédentaires, toujours assise et avec une alimentation irritante (sucre, alcool, intolérances, etc.), l’impact des cicatrices peut devenir considérable.

L’influence d’une cicatrice sur votre pyjama

On se souvient que notre « lasagne », étant reliée par ses pâtes et son plat de cuisson (les fascias et la tenségrité), forme une unité fonctionnelle et que chaque interaction que le corps subit avec son environnement est partagée dans l’ensemble de ce dernier. Une cicatrice qui devient adhérente dans une zone tractera les tissus vers elle (par son manque de mobilité) et aura de ce fait plusieurs influences sur les structures environnantes.

Si une zone devient en réduction de mobilité (hypomobilité) parce que les fascias ne glissent plus l’un sur l’autre, le corps n’a d’autre choix que d’augmenter la mobilité d’une ou plusieurs zones saines afin que vous puissiez continuer vos activités. Ce phénomène en est un d’adaptation; le corps compense ses zones moins mobiles en créant de l’hypermobilité ailleurs. Cette augmentation de mobilité au-delà de la capacité habituelle d’une structure, sur une longue période de temps, est probable de créer de l’irritation et de l’inflammation dans cette dernière. Le corps protègera alors la région en l’immobilisant avec une contraction musculaire ou une rétraction tissulaire créant ainsi une nouvelle zone d’hypomobilité qui sera à son tour compensée par une ou plusieurs zones d’hypermobilité.

La répétition de cette diminution d’abord local et ensuite régionale de mobilité créera ce que notre collègue ostéopathe Robert Rousse nomme un coffre-fort, un volume anatomique à mobilité restreinte qui augmente les terrains lésionnels possibles.

Plus simplement, plus le corps augmente les zones moins mobiles, moins il y a d’adaptation possible aux futures traumatismes et plus les chances de se blesser sont élevés. Par exemple, un « tour de rein » inexpliqué en soulevant une charge légère.

L’influence de l’ostéopathie sur votre pyjama

L’ostéopathe est un chercheur de liens, il tente de découvrir grâce à sa palpation les zones où l’hypomobilité est la plus grande. Comme disait le créateur de l’ostéopathie : « La vie c’est le mouvement ». L’ostéopathe tentera de redonner du mouvement et de la mobilité aux structures et laissera ensuite les processus thérapeutiques naturels faire leur travail.

L’ostéopathie est une approche thérapeutique excessivement performante dans la minimisation de l’impact d’une cicatrice sur le corps. Le traitement des cicatrices est selon moi indispensable au succès d’un traitement efficace qui procurera des effets positifs de longue durée. Le traitement des cicatrices en ostéopathie permet d’augmenter la capacité d’adaptation des structures environnantes en redonnant de la souplesse et de la résilience aux tissus en lien avec ces dernières. Le tout optimise la vascularisation des structures anatomiques (leur apport en oxygène et nutriments et l’élimination des déchets et des eaux usées) et favorise le retour à la santé.

Le traitement

Traiter une cicatrice correctement apporte souvent plusieurs solutions à des douleurs sans cause évidente ou dites idiopathiques (que seuls les idiots peuvent comprendre). Par exemple, il est extrêmement fréquent d’observer la résolution de vieilles douleurs suite au traitement d’une cicatrice ou l’amélioration d’une digestion déficiente depuis longtemps.

Plusieurs manières d’approcher le traitement des cicatrices existent en ostéopathie avec plusieurs variantes d’efficacité. Certains thérapeutes utiliseront un toucher plus délicat et d’autre travailleront le tissu en profondeur. La douleur n’est pas obligatoire lors du traitement, mais fréquemment observée dans les traitements en profondeur. Il se peut même que certains relâchements émotifs surviennent lors de la normalisation d’une cicatrice, selon le contexte dans lequel le trauma a eu lieu.

N’hésitez pas à demander à votre ostéopathe de vous expliquer sa méthode et de vous démontrer comment continuer le travail vous-même à la maison. Un tissu cicatriciel peut nécessiter plusieurs traitements afin d’y redonner une mobilité saine.

Et oui…

Voilà comment l’ostéopathie et la lasagne sont intimement reliées. Maintenant, vous êtes en mesure d’apprécier le doux rapport entre le corps humain et la cuisine italienne. Il est facile de faire trop cuire une lasagne et de la rendre indigeste comme il est très simple de nuire au bon fonctionnement de votre corps par de l’hypomobilité cicatriciel. L’ostéopathe est comme un cuisinier qui s’assure que la composition des éléments se trouve en bonne quantité et que la température du four est idéale à la cuisson. Tout le reste est un processus autosuffisant, optimisé par la qualité des ingrédients.

Ingrédients idéaux pour une bonne lasagne anatomique

Alimentation saine;

Exercice régulier (corps souple et résilient);

Gestion efficace du stress (esprit souple et résilient);

Ostéopathie.

David R. Perreault, D.O.